Afro Challenge | Black Lives Matter! - Les vies des Noir(e)s sont importantes!

Catégorie: Tuerie

Charleena Lyles, une femme afro-américaine âgée de 30 ans et enceinte, a été tuée devant ses enfants par deux policiers blancs le 18 juin 2017 à Seattle, Washington (United States)


2017-06-18_Charleena_Lyles_30_Seattle_Washington.jpgCe n'est plus une vie. Rester en vie jusqu'au lendemain est devenu un énorme challenge pour les Afro-Américains. Si, chaque fois que vous êtes noir(e), vous recherchez la protection de la police et celle-ci vous tue, cela soulève la question de savoir si les services de police devraient envoyer des policiers blancs aux maisons noires lorsqu'ils sont appelés. Quelle tragédie pour la famille et toute la communauté afro-américaine quand une mère appelle la police pour l'aider et est tuée par elle devant ses enfants!
C'est ce qui est arrivé à Charleena Lyles, une femme afro-américaine de 30 ans et mère de 3 ans le 18 juin 2017 à Seattle, dans le Washington. Selon Dailykos dans leur article qui est apparu le lundi 19 juin 2017 et Newsweek ainsi que The source dans leurs éditions en ligne du même jour, Charleena Lyles a appelé la police pour leur signaler une tentative de cambriolage, et deux policiers ont répondu à son appel vers 10 heures. Selon une déclaration du service de police de Seattle, lorsque la police est arrivée chez elle, Charleena s'est lancée vers les policiers avec un couteau. Un policier lui crié "reculez! reculez!" et a immédiatement ouvert le feu sur elle, tirant à plusieurs reprises, ce qui suggère que leur intention de l'assassiner était claire. Pourquoi ne l'ont-ils maitriser avec des armes paralysantes? Charleena a eu à faire face à d'importants problèmes de santé mentale ces derniers temps et ceci était bien connu de la police. Était-il nécessaire que les deux officiers blancs tirent plusieurs fois sur une femme avec un couteau tout en mettant en danger la vie de ses enfants en même temps?

N'y a-t-il pas d'autres manières pour deux hommes forts de se défendre contre une femme avec un couteau que de tirer plusieurs fois sur elle avec des armes à feu? Est-ce ces mêmes policiers se seraient comportés de la même manière si la femme n'avait pas été noire? Si ce n'est pas le racisme contre les Noirs, alors, qu'est-ce que c'est donc?

Il est rapporté que les deux officiers ont été mis en congé administratif et que leur utilisation de la force mortelle fait l'objet d'une enquête. Mais seront-ils accusés de meurtre à un quelconque dégré? Nous en doutions. S'ils sont traduits en justice, ne seront-ils pas acquittés de toutes les chefs d'accusation à la fin? Les chances sont très élevées que ce soit exactement cela qui arrive. Pensez donc à l'affaire Philando Castille, juste pour ne mentionner qu'un seul cas qui est en même temps le plus récent au moment où nous écrivons.

Avec chaque cas où les Noir(e)s sont tué(e)s ou blessé(e) mais les coupables purement et simplement acquittés par les instances judiciaires, la frustration et l'exaspération augmentent dans les communautés noir(e)s. Ceci est clairement exprimé dans cet article du TwinCities où les participants à une rencontre en la mémoire de Philando Castile disent qu'ils redoutent pour certains — et qu'ils attendent impatiemment pour d'autres — le jour où les Noir(e)s, las de frapper aux portes, vont se mettre à les foncer.


Vous pouvez aussi contribuer!
Vortre contribution financière, tout aussi bien que votre contribution par les articles ou la traduction sont d'une importance inestimable.

Commentaires



Prière remplir tous les champs ci-dessous pour envoyer votre commentaire.


Charleena Lyles, une femme afro-américaine âgée de 30 ans et enceinte, a été tuée devant ses enfants par deux policiers blancs

2017-06-18_Charleena_Lyles_30_Seattle_Washington.jpgCe n'est plus une vie. Rester en vie jusqu'au lendemain est devenu un énorme challenge pour les Afro-Américains. Si, chaque fois que vous êtes noir(e), vous recherchez la protection de la police et celle-ci vous tue, cela soulève la question de savoir si les services de police devraient envoyer des policiers blancs aux maisons noires lorsqu'ils sont appelés. Quelle tragédie pour la famille et toute la communauté afro-américaine quand une mère appelle la police pour l'aider et est tuée par elle devant ses enfants!
C'est ce qui est arrivé à Charleena Lyles, une femme afro-américaine de 30 ans et mère de 3 ans le 18 juin 2017 à Seattle, dans le Washington. Selon Dailykos dans leur article qui est apparu le lundi 19 juin 2017 et Newsweek ainsi que The source dans leurs éditions en ligne du même jour, Charleena Lyles a appelé la police pour leur signaler une tentative de cambriolage, et deux policiers ont répondu à son appel vers 10 heures. Selon une déclaration du service de police de Seattle, lorsque la police est arrivée chez elle, Charleena s'est lancée vers les policiers avec un couteau. Un policier lui crié "reculez! reculez!" et a immédiatement ouvert le feu sur elle, tirant à plusieurs reprises, ce qui suggère que leur intention de l'assassiner était claire. Pourquoi ne l'ont-ils maitriser avec des armes paralysantes? Charleena a eu à faire face à d'importants problèmes de santé mentale ces derniers temps et ceci était bien connu de la police. Était-il nécessaire que les deux officiers blancs tirent plusieurs fois sur une femme avec un couteau tout en mettant en danger la vie de ses enfants en même temps?

N'y a-t-il pas d'autres manières pour deux hommes forts de se défendre contre une femme avec un couteau que de tirer plusieurs fois sur elle avec des armes à feu? Est-ce ces mêmes policiers se seraient comportés de la même manière si la femme n'avait pas été noire? Si ce n'est pas le racisme contre les Noirs, alors, qu'est-ce que c'est donc?

Il est rapporté que les deux officiers ont été mis en congé administratif et que leur utilisation de la force mortelle fait l'objet d'une enquête. Mais seront-ils accusés de meurtre à un quelconque dégré? Nous en doutions. S'ils sont traduits en justice, ne seront-ils pas acquittés de toutes les chefs d'accusation à la fin? Les chances sont très élevées que ce soit exactement cela qui arrive. Pensez donc à l'affaire Philando Castille, juste pour ne mentionner qu'un seul cas qui est en même temps le plus récent au moment où nous écrivons.

Avec chaque cas où les Noir(e)s sont tué(e)s ou blessé(e) mais les coupables purement et simplement acquittés par les instances judiciaires, la frustration et l'exaspération augmentent dans les communautés noir(e)s. Ceci est clairement exprimé dans cet article du TwinCities où les participants à une rencontre en la mémoire de Philando Castile disent qu'ils redoutent pour certains — et qu'ils attendent impatiemment pour d'autres — le jour où les Noir(e)s, las de frapper aux portes, vont se mettre à les foncer.



Vous pouvez aussi contribuer!
Vortre contribution financière, tout aussi bien que votre contribution par les articles ou la traduction sont d'une importance inestimable.